Simon, peintre écrivain voyageur  
 
 
 
Accueil
PEINTURE CHINE
  - Collages
  - EXPO CHINE
  - AmoursdeChine
  - Nus-montagnes
  - Série Rouge
  - Paysages-quatuors
  - Voyages d'encre
  - Les égarés
  - Poètes chinois
Peinture
  - Têtes a têtes
  - Nus récents
  - Nus
  - Erotiques
  - Grossesses
  - Oeuvres politiques
  - Oeuvres sur l'Inde
Carnets de voyage
  - Carnets publiés
  - Au Corps de l'Inde
  - L'Appel du Bleu
  - Saharas
  - Chine
  - Rajasthan
  - Sahara, marche avec moi
  - Les beaux carnets
  - Livres d'amis
Livres publiés
  - Petit Arbre Voyageur
Carnets collectifs
  - Sur le vif
  - Banlieue Nomade
  - Ce que j'aime en toi
  - Vivre vieux !
Poésie et Peinture
  - Talismans
  - Nus, puissance deux
Bricolages
  - OBJETS
Biographie
  - Formation
Contact
 

Mes voyages

"Ecoute, c'est un secret : ralentis ta vie au point qu'elle devienne tienne. Ensuite, prends ton élan et mets-y ta passion" Yvon le Corre (Les Outils de la Passion)

VOYAGE 1 : Je nais en Bretagne, avec un plaisir certain : on a beau être au chaud dans la vie intra-utérine, ça sent un peu le renfermé et le paysage manque de variété. Amour immédiat de l'océan, malgré le mal de mer. Je nais sous le signe du cancer, et m'adonne tout naturellement à la pêche aux crabes ; les flaques et les rocs constituent mon premier terrain d'aventure. Mais nous vivons en banlieue parisienne. J'ai eu beau voyager partout, la banlieue est restée mon port d'attache.

VOYAGE 2 : J'ai dix ans, je lis "Les enfants du Capitaine Grant", de Jules Verne. C'en est fait de moi. Fabuleux. Voyager ne s'apprend pas dans les livres, mais on peut attraper le virus du départ en tournant les pages d'un roman sous la couverture. Grâce à Jules Verne, je pars dans toutes les directions sans bouger un seul orteil : ces voyages en chambre décideront de tout. Et il y a les merveilleuses gravures en noir du dix-neuvième siècle, rééditées dans le livre de poche... Au collège, dur dur. Rester assis sept heures par jour me met à la torture. Mais un jour, les orteils demanderont leur dû. Je savais, à douze ans, que je serais écrivain et peintre. C'était tellement évident que je ne l'ai dit à  personne.

VOYAGE 3 : 1974. Mes premiers films super huit sont tournés en Charente, en Bretagne, dans les rues de banlieue. Films bêtes à souhait, tournés avec enthousiasme. Nous partons en famille pour l'Algérie. Mon père soignait les caries de l'adjudant pendant la guerre d'Algérie, maintenant il fait des croquis qui m'épatent. Est-ce que je dessine ? A peine. Mais j'écarquille les mirettes : ah, le monde a plus d'un soleil ! Voyage féerique. J'ai treize ans et mes dents d'artiste commencent à pousser dangereusement. Le feu du voyage m'a brûlé dans les oasis algériennes.

VOYAGE 4 : 1979. Je passe mon bac au Lycée Français de Londres - 25 filles et 3 garçons dans la classe ; autre voyage qui commence, dans le continent du féminin. J'ai compris que l'art, l'amour et les voyage seraient les grandes affaires de ma vie. Quinze jours avant le bac, je fais une fugue à vélo le long de la Tamise avec Nietzsche et l'ABC du BAC dans le sac à dos. Ô nuits dehors ! Je dois à cette virée ma Mention Très Bien au Bac, dont je continue de m'enorgueillir, car c'est mon seul titre de gloire officiel. Et je reviens avec des brassées de dessins : le vice est pris. Partir ce n'est pas mourir un peu, c'est renaître sans cesse.

 ANTI-VOYAGES : j'intègre les grandes écoles : les Beaux-Arts de paris, d'abord, où je dépéris; mais je rencontre un grand ami : Ulysse Belz. L'année d'après, je réussis le concours de l'Idhec; je dépéris, mais je rencontre Jean-Luc Raynaud, le grand ami des années cinéma; nous quittons l'Ecole des Hautes Etudes Cinématographiques avec fracas. Finalement les grandes écoles ne m'auront servi qu'à me faire de grands amis.

VOYAGE 5 : 1986. Invité à un mariage à Rome. "Je verrai donc cette belle Italie", écrit Stendhal, qui est mon premier maître à écrire le voyage. Je tombe amoureux des Italiennes, des gelati (glaces) et de Michelangelo. Je rapporte mon premier carnet de voyage (sur carnet Métis Sennelier, qui devient ainsi mon compagnon de prédilection) : notes, dessins, lettres.

VOYAGE 6 : 1987. Voyages égotistes en Ombrie et en Toscane sur les traces de Giotto, Duccio et Piero della Francesca. Ventrées de glaces et de fresques renaissance. Je commence à comprendre : le voyage, au même titre que la peinture, la cuisine, l'écriture ou le tir à l'arc, est un art, et ça s'apprend. Sur les routes. Les carnets ne me quittent plus : ils deviennent le laboratoire de cet apprentissage.

VOYAGE 7 : 1988. Echec de mes projets de cinéma. J'ai compris que le milieu était pourri; j'étais en train de gâcher ma jeunesse à mendier  de l'argent. Du jour au lendemain, j'ai quitté le cinéma pour toujours. Sur un coup de tête, je pars pour trois semaines au Portugal et... j'y reste trois ans. C'est la meilleure décision que j'ai prise de ma vie. Au Portugal, je vis une seconde enfance. Je vis de portraits. Au passage, j'en profite pour faire trois expositions, explorer la douce Lusitanie, flemmarder sur les plages, lire Pessoa et Moby Dick. J'en rapporte sept carnets de voyage : croquis, paysages maritimes et urbains (Porto), portraits et autoportraits, scènes de pèche, recherches graphiques en tout genre, lettres. Le monde est pluriel ? Plurielle sera la vision.

VOYAGE 8 : 1990. De retour en France, je rédige l'Appel du Bleu, voyage au Portugal,  à partir de mon bouquet de carnets. Livre impublié. A l'époque, personne ne publie de carnets, et celui-là ne caresse pas l'époque dans le sens du poil. Puis, de 1990 à 1997, je me lance dans une aventure sans précédent : "Marine", un roman. On s'en doute, c'est un roman voyageur : Paris, Londres, Bruxelles, Berlin, Portugal. Ce livre, toujours impublié, est mon plus grand voyage avorté.

VOYAGE 9 : 1991-1993 : Sahara, en famille d'abord, puis avec ma douce. Voyages de dépouillement. Marches dans le Tassili, étude des fresques, vie quotidienne à l'oasis de Djanet. Les voyages dans le monde touareg sont de plus en plus fusionnels. Pour preuve : j'en reviens avec deux récits sahariens et une hépatite...

Ci-dessous : mes carnets Sennelier- 1987-2007





 
Biographie Formation Mes voyages


Haut de page | Plan du site
Autres
peintre écrivain artiste simon Paris Inde Chine
 Biographie Formation Appel à mes collectionneurs
peintre écrivain artiste simon Paris Inde Chine
 Biographie Formation L'artiste
peintre écrivain artiste simon Paris Inde Chine
 Biographie Formation Mes voyages
peintre écrivain artiste simon Paris Inde Chine
 Biographie Formation Mes voyages
peintre écrivain artiste simon Paris Inde Chine
 Biographie Formation Peintures, dessins, gravures
peintre écrivain artiste simon Paris Inde Chine

   Une création DBC