Simon, peintre écrivain voyageur  
 
 
 
Accueil
PEINTURE CHINE
  - Collages
  - EXPO CHINE
  - AmoursdeChine
  - Nus-montagnes
  - Série Rouge
  - Paysages-quatuors
  - Voyages d'encre
  - Les égarés
  - Poètes chinois
Peinture
  - Têtes a têtes
  - Nus récents
  - Nus
  - Erotiques
  - Grossesses
  - Oeuvres politiques
  - Oeuvres sur l'Inde
Carnets de voyage
  - Carnets publiés
  - Au Corps de l'Inde
  - L'Appel du Bleu
  - Saharas
  - Chine
  - Rajasthan
  - Sahara, marche avec moi
  - Les beaux carnets
  - Livres d'amis
Livres publiés
  - Petit Arbre Voyageur
Carnets collectifs
  - Sur le vif
  - Banlieue Nomade
  - Ce que j'aime en toi
  - Vivre vieux !
Poésie et Peinture
  - Talismans
  - Nus, puissance deux
Bricolages
  - OBJETS
Biographie
  - Formation
Contact
 

Au Corps de l'Inde

Pourquoi ?

J'ai trente quatre ans, de l'argent et le coeur brisé par un fol amour. Ce sont des choses qui n'arrivent pas - ensemble - tous les jours : occasion à saisir ! Et ce goût du voyage, dans le sang... Demain, je pars en Inde. J'ai besoin d'un grand voyage dévastateur. Pourquoi l'Inde?  s'étonne-t-on de tous côtés. Que répondre ? Je ne sais rien de l'Inde - voilà pourquoi j'y vais. Comme tout un chacun, j'ai des images en têtes, autant dire rien. Alors j'avance quelques explications : pays pas cher, terre de l'esprit, quête de la couleur, désir de détachement, besoin de sagesse et patati et patata, qui n'expliquent rien et ne satisfont personne, à commencer par moi. Je fuis, un point c'est tout. Comme le grand compère, Montaigne, je ne sais pas ce que je cherche, mais fort bien ce que je fuis. Mais où aller ? me demandais-je pendant plusieurs mois. Le monde est vaste... Je me refusais à choisir la destination, préférant confier à la vie elle-même - tellement plus clairvoyante, en ce qui nous concerne, que nous-mêmes, le soin de choisir. Je m'en remettais à elle. Il s'agissait d'aller loin, tout simplement. Longtemps, le Brésil et l'Asie demeurèrent en lice. Peu à peu, je compris que ma vie - contre toute attente - était mûre pour l'Orient. Mûre et avide. Comme une plante a soif, j'avais besoin d'aurore. Et, de signe, en signe, l'Inde s'imposa ; plutôt, elle se fit évidence. Des films (Satyajit Ray, Le Salon de Musique, Renoir, le Fleuve), des lectures (Michaux, Un barbare en Asie), des paroles d'amis, ces mèches du lointain, ("C'est un voyage violent", me dit quelqu'un, espérant me décourager : difficile de produire une effet plus contraire à celui recherché...) et quelques mots d'"A", surtout, quelques mots d'"A" dans un café imprudemment appelé La Renaissance, voilà, c'en est fait - je décolle demain, 16 heures, pour Madras, via Bombay, compagnie Gulf Air... Je pars et je tremble. Un brin.

(Première page de Au Corps de l'Inde)


 
Carnets de voyage  Au Corps de l'Inde Au  Corps de l'Inde


 

Sur le même thème
• Comment la presse a accueilli Au Corps de l'Inde
Haut de page | Plan du site
Autres
peintre écrivain artiste simon Paris Inde Chine
 Carnets de voyage  Au Corps de l'Inde Au  Corps de l'Inde
peintre écrivain artiste simon Paris Inde Chine
 Carnets de voyage  Au Corps de l'Inde Au Corps de l'Inde
peintre écrivain artiste simon Paris Inde Chine
 Carnets de voyage  Au Corps de l'Inde Au Corps de l'Inde
peintre écrivain artiste simon Paris Inde Chine
 Carnets de voyage  Au Corps de l'Inde DANS LES MAINS DU SOLEIL
peintre écrivain artiste simon Paris Inde Chine
 Carnets de voyage  Au Corps de l'Inde Pushkar
peintre écrivain artiste simon Paris Inde Chine
 Carnets de voyage  Au Corps de l'Inde Rajasthan - Le prélude.
peintre écrivain artiste simon Paris Inde Chine

   Une création DBC